AccueilDécouvrir Saint-AvéPatrimoinePetite histoire de Saint-Avé

Petite histoire de Saint-Avé

Les premières traces de la présence de l’homme sur le territoire de la commune de Saint-Avé remontent à l’époque néolithique (environ -5000 à -2000).

L’allée couverte (dolmen), aujourd’hui disparue, la pointe de flèche en silex retrouvée dans la lande du Gornais et deux haches à usage utilitaire (abattage des arbres) en témoignent.

Les hommes de l’âge de fer nous ont, en revanche, légué un ensemble de monuments plus importants. L’oppidum gaulois de « Castel-Ker-Névé » au Guernevé aurait, en effet, été aménagé à cette époque.

On dénombre également une dizaine de « lec’h », stèle généralement sphérique et de faible hauteur marquant l’emplacement d’une sépulture.

Visibles autour de la Chapelle Notre-Dame du Loc et de l’église, ils essaiment aussi à Kerlis, Saint-Thébaud, Kerbotin…

L’occupation Romaine eut un impact sur l’habitat : une villa, dont les traces ont aujourd’hui disparu, fut découverte à Tréalvé (1857), des morceaux de tegulae (tuiles) à Saint-Michel ainsi que plusieurs pièces de monnaies. Autres témoins de cette époque, les voies romaines reliant Darioritum (Vannes) aux autres cités d’Armorique traversent la commune. Celle menant à Corseul est notamment visible aux abords du village de Lesvellec.

Les premiers établissements des bretons insulaires sur le territoire, notamment en des lieux alors en ruine « Magouero » et « Magouaire », se révèlent grâce à la toponymie.

Les noms en « Tré » et « Lann », seuls termes celtiques présents de chaque côté de la Manche, remontent sans doute à cette époque.

Chapelle Notre Dame du LocLe Moyen-âge est marqué par une grande ferveur chrétienne. On y recense en effet quatre calvaires et une quinzaine de croix, la plupart datant du XIII et XIVè siècle, et deux chapelles : Notre-Dame du Loc (1472-1494) et Saint-Michel à Berval (1524).

Saint-Avé fut le siège d’une vingtaine d’anciennes seigneuries : Beauregard, construite au XV ème, Coëtdigo (1608), Kerbotin (1427), Kerozer (XIVè), Lescran, Plaisance, Rulliac (1426).

L’activité agricole est alors intensive et de nombreux moulins et minoteries jalonnent la campagne.

En 1790, Saint-Avé fut érigée en commune et même chef-lieu de canton du district de Vannes jusqu’en 1801.

En 1886, l’apparition de l’hospice de Lesvellec augmente la population communale de quelques 160 âmes, les familles d’employés de l’hôpital s’y installant.

L’activité industrielle s’intensifie avec la création en 1860 de la Briqueterie Gohaud, qui sera en activité jusqu’en 1956.

Les noms des villages racontent Saint-Avé

Coetdigo (3) Julie le MoalLes noms de lieux, les « toponymes », nous prouvent que Saint Avé fut envahie par les bretons insulaires aux VIème et VIIème siècles. Certains toponymes du quartier Nord-est sont issus de l’invasion : c’est le cas de Magouaire et Magouero. Ces deux noms viennent du gallois Moger, « mur ». Ce terme s’applique à des constructions gallo-romaines trouvées en ruine par les Bretons à leur arrivée en Armorique.

D’autres toponymes nous donnent par leur forme une idée de date d’implantation de nos ancêtres. C’est le cas de Berval, qui date du VIIIème siècle, de Keridoret, IXème siècle, de Lescran au Xème siécle, de Lezelannec au XVIème siècle. Les noms de lieux sont aussi un bon indicateur de la géographie ancienne de Saint-Avé : Lezelannec évoque la limite de la genêtière, Lescran le défrichement, Lesnéhué de nouveaux terrains mis en culture, et Trébrat l’existence de grande pâture.

Un patrimoine naturel à découvrir

Coetdigo (1) Julie le Moal

Le territoire de la commune compte près de 60 km de sentiers de randonnée. Les sentiers sont remarquables pour leur qualité paysagère. Ils font partie intégrante du patrimoine historique de Saint-Avé.

Le bois de Kerozer qui s’étend sur 24 hectares offre le plaisir de balades. Du fait de sa proximité avec la ville, il joue le rôle d’un parc naturel qui permet aux citadins et aux Avéens entraînement sportif, détente et promenades dans un site remarquable.

Chaque année, la ville de Saint-Avé participe aux journées européennes du patrimoine afin de vous faire découvrir la richesse de son patrimoine.

Regards croisés sur le patrimoine de Saint-Avé

Le livre « Regards croisés sur le patrimoine de Saint-Avé » de Philip GUILLO et Myriam JEGAT vous propose « une balade affective et inédite dans l’histoire et l’espace d’une commune consciente de son identité et respectueuse de ses origines ». Il est en vente à la médiathèque Germaine Tillion au tarif de 33 €.